Un grand mystique grec, nommé Syméon le Jeune, qui vécut au Xème siècle, rapporte qu’il eut un jour une expérience de Dieu si forte qu’il crut que c’était le ciel et voulut tout lâcher pour y aller et retrouver cette joie inouïe. Alors il entendit une voix lui dire: «Syméon, si tu te contentes de cela, c’est que tu es un bien médiocre moine. Car la joie que tu as éprouvée, comparée à celle du Paradis, est un ciel peint sur une toile, comparé au ciel du firmament. »

(proposé par Élisabeth)

Trois méditations tirées du livret de l'AIM n° 123

- Très belle recommandation du Frère Roger de Taizé : "Ne parlez de Dieu que si l' on vous pose des questions, mais vivez de telle manière qu'on vous pose des questions."

- Frère Christophe de Tibhirine : " Demeurer dans ta parole : non pas la répéter docilement comme une leçon bien apprise, mais l'habiter, y prendre racine, en vivre, s'en nourrir au point d'être peu à peu conformé en elle, d'en épouser le mouvement, le souffle."

- Pape François : "L'Esprit Saint, dans sa liberté, ne connait pas de frontière et ne se laisse pas non plus limiter par les appartenances. Le Saint-Esprit a besoin de nous. Ecoutez-le en vous écoutant mutuellement."

(proposées par Suzanne)

Partagez cette page